À l'occasion de la parution de notre nouvel album Dans mon petit jardin, découvrez l'interview de Lenia Major (autrice) et de Clémence Pollet (illustratrice).

Lenia, dans cet album la Nature a le rôle principal, on pourrait en déduire que vous êtes très… nature !
La nature est plus qu’importante, elle est vitale dans mon eéquilibre. Elle a son rythme, bien différent du nôtre, de notre vie à cent à l’heure. Elle permet de se poser. Elle nous rappelle aussi souvent que c’est elle le Maître du monde et que personne ne la domestiquera jamais vraiment.

C’est aussi une histoire de famille, la relation entre l’héroïne et ses grands-parents est touchante. Est-ce un souvenir personnel ?
Cet album est un hommage à mon père, à son énorme potager et au carré qu’il me laissait pour y planter quelques graines. Il a ensuite initié mes enfants. C’était un taiseux. C’est dans ces moments où l’on n’a pas besoin de parler qu’on était vraiment ensemble. Et quelle fierté partagée d’apporter enfin à table le concombre tout biscornu qu’on avait surveillé depuis des jours ! Ce sont les souvenirs d’instants de bonheurs simples mais importants.

Clémence, quelle a été votre réaction en lisant le manuscrit pour la première fois ?
J’ai aimé le ton enjoué et décalé de Lenia Major pour décrire ce que j’aimerais tant mettre en place un jour quand je quitterai mon petit appartement parisien pour une belle maison à la campagne.

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous ?
J’utilise plusieurs techniques dans mon travail, je dessine et peins autant que je grave ou colle.Je choisis un outil plutôt qu’un autre en fonction du projet que j’illustre.

Et pour cet album particulièrement ? Quel a été votre choix ?
J’ai opté pour un dessin aux feutres et stylos noirs et une colorisation numérique avec ajout de matières et de motifs. Le dessin assez réaliste contraste avec les compositions graphiques et les couleurs pimpantes qui nous éloignent du réel. Je souhaitais proposer au jeune lecteur un potager qui existerait tout aussi bien dans son imaginaire qu’au fond de son jardin.

Plus généralement, où trouvez-vous l’inspiration ?

Clémence : Au hasard, dans les paysages de Haute-Loire, dans les rues de Taipei, dans les romans de Romain Gary, dans les fresques de Giotto, dans les chansons de Kate Bush…

Lenia : De tout de qui se passe autour de moi. De ce que je vois, de ce que j’entends. J’essaie d’être toujours curieuse, de garder une très (trop ?) forte propension à m’émerveiller d’un écureuil qui grimpe, du retour des oies sauvages... Chercher la magie dans le quotidien, c’est une occupation à plein temps !

 

Restons en contact

Notre info-lettre vous informera de nos nouvelles parutions.

Merci d'accepter nos mentions légales.

veuillez saisir une adresse email valide !

Suivez-nous

sur les réseaux sociaux.